« Rencontres et culture arméniennes » souffle ses 35 bougies

Dans l’odeur suave des feuilles de vignes, de baklava, de beureks et autres mets arméniens, entre différents stands évoquant tant la culture que l’histoire de l’Arménie, les membres et amis de l’association « Rencontres et Culture Arméniennes » se sont réunis à la salle Duclos le dimanche 15 octobre, pour fêter leur 35 ans d’existence.
Plusieurs personnalités étaient présentes pour cet anniversaire afin de montrer leur soutien à cette communauté, arrivée en France après le Génocide de 1915. Une communauté qui a su s’intégrer et dont la présidente Madame Claudine KHATCHADOURIAN a tenu à remercier la France d’avoir accueilli ces apatrides, et qui allaient faire de ce pays, Leur pays.

L’association a eu l’honneur de recevoir Madame Gayané MANUKYAN, consul de la République d’Arménie à Lyon, qui a insisté sur les très forts liens qui unissent depuis des décennies la France et l’Arménie. Etaient présents aussi Monsieur Raffi KRIKORIAN, membre du Conseil de coordination des organisations Arméniennes de France, Monsieur Eddie HAYTAYAN, Président de la FAARALP (Fédération Arménienne Auvergne-Rhône-Alpes), et Monsieur Alain NERI, ancien sénateur et membre du groupe France-Arménie.

Pour sa part, Monsieur Olivier BIANCHI, maire de Clermont-Ferrand et président de Clermont-Auvergne Métropole a remercie cette association pour son investissement dans le monde associatif de la ville de Clermont-Ferrand. Il a aussi noté que par la présence de personnalités venant de Saint-Étienne, Lyon, … c’était la grande région Auvergne-Rhône-Alpes qui était représentée ce dimanche.

Pour cet anniversaire était présente aussi la Chorale La Viva, qui a emflammé les cœurs de l’ensembble des personnes dans la salle, en interprétant la chanson « Pour toi Arménie ». Cette chanson a été écrite en décembre 1988, à l’occasion du terrible tremblement de terre qu’a connu l’Arménie, et qui a fait plus de 35.000 morts.

Les festivités se sont ensuite déroulées tout l’après midi autour de jeux traditionnels (nardi en arménien, ou backgammon), et de nombreuses danses et chants (kochari,…).